Recherche de détente chez les musiciens sous pression. Illusion !

Recherche de détente chez les musiciens sous pression. Illusion !

Bonjour Marc,

Merci pour tout ce travail et merci de le partager !
Je joue de l’accordéon (toujours assise) et je ressens des douleurs et des picotements au niveau du poignet,
de la main et du coude gauche, sans parler du haut du dos…
J’ai même un kyste au poignet qui m’empêche de prendre appui sur ma main gauche au quotidien depuis plusieurs années…

Est-il vraiment possible de trouver de la détente lorsqu’on joue d’un instrument si lourd (11kg) ?
Et comment bien respirer et se sentir libre quand on a un un instrument « obèse » sur ses genoux,
attaché à nous (au niveau des épaules et du dos) et contre soi ?
Cela fait un an que j’ai pris conscience que l’autre instrument du musicien c’est son corps,
j’essaye de corriger ma posture mais c’est difficile, les mauvais habitudes ont la peau dure …

Patience?
Emilie

Merci Émilie pour votre témoignage !

De la patience il en faut, mais aussi de l’impatience : arrêter d’attendre, soyez impatiente de trouver votre solution.
Vous êtes un(e) musicien(ne) sous pression et quel que soit votre pression vous vous tendez.

Vous cherchez donc la détente à tout prix et cela a un coût.
Est-il vraiment possible de trouver de la détente ?

Ma réponse est OUI, à une conditions de faire la différence entre détente et mollesse.
Concentrez votre tonus, votre énergie, votre nervosité, votre impatience, votre dans des zones corporelles
à stabiliser telles votre bassin, votre colonne, vos épaules, vos poignets, vos pouces, votre langue..
Et jouez avec toutes ces énergies, ne les refoulez pas !

MAIS STABILISER ne veut pas dire IMMOBILISER !

Refoulez vos envies, retenir votre énergie est dommageable !

C’est pour cela que l’on parle de CANALISER qui est un mot attirant mais faut il encore savoir le faire.
Mentalement, MAIS en pointant des zones corporelles variées qui vous permettent de “rester chez vous” !
Dans un corps bien ancré sans vous évader dans votre tête en essayant d’imaginer ce que peuvent bien penser les autres…

Vous avez pris conscience que votre corps était votre premier instrument depuis un an, c’est ÉNORME !
Bien des musiciens sont aveugles et sourds en même temps … En un an vous avez dû faire d’énormes découvertes.
Vous ne l’avez pas appris dans votre école, ni dans votre conservatoire.

Une amie CHERCHEUSE m’a dit hier qu’après de longues recherches, ils concluaient
que les nourrissons entendaient la musique au moins aussi bien que nous…
Mais quelle idée ! C’est tout comme le fait qu’il y a 30 ans à peine, les bébés se faisaient opérer sans anesthésie,
car le corps médical pensait que les nourrissons ne ressentaient pas.
C’est FOU ! Cela pourrait apparaître énorme pour certains mais pour d’autres souffrir pour avancer est seulement normal.

Vous savez cette idée que l’on apprend en faisant des erreurs, c’est un point de vue.
Car dans d’autres pédagogies, l’idée est d’ÉVITER les erreurs, d’éviter d’apprendre par erreur.
Et si vous pouviez moins vous tromper juste parce que vous ressentez mieux ?

Aujourd’hui la mode est à l’erreur, la chute… “Trompez-vous” mais pas n’importe comment !
Vous devez apprendre à vous tromper car c’est bon !
“Chuter avec amour et rebondir avec délice…”
OK mais dans votre cas, ce n’est pas possible ! Vous ne pouvez pas vous PERMETTRE de monter sur scène et de chuter !
C’est votre angoisse depuis toujours. Bien évidement, le contexte nuance vos peurs mais plutôt
que de transformez la peur de ne pas y arriver, la peur de ne pas être à la hauteur, d’être nul, d’être mauvais,
méchant et toutes ces peurs inutiles, transformez d’abord la PEUR d’AVOIR PEUR !
Tout sera plus simple.

Physiquement, vous portez de chaque côté trois kilogrammes de bras, si vous rajoutez 11 kg d’accordéon,
il est certain que vous devez optimiser votre façon de le porter.
Des épaules organisées, des bras, une colonne, une stabilité de poignet, du pouce pour des doigts toujours plus libres.

Se détendre pour jouer un instrument si lourd : NON ! Jouer sans douleur OUI et comment bien respirer
et se sentir libre est une sensation qui peut se développer.
Les mauvaises habitudes ont la peau dure : tout dépend de comment vous les domptez.

Vous êtes sous pression et quelque soit la pression, le poids de votre instrument, l’exigence du répertoire,
votre propre exigence, la répétition, la précision, la difficulté, la pression, il n’y a que vous qui puissiez vous la mettre !
Mais surtout ne culpabilisez pas, mais rappelez-vous Emilie,
la détente n’est pas la première recherche physique que vous devez chercher.
La relaxation concerne éventuellement votre public mais pas vous, musiciens.

La tension doit cependant être sélective pour proposer à certaines zones une détente relative.
Jouer peut être fatiguant et peut ne pas être douloureux même avec un accordéon sur les genoux !

Ma réponse est OUI une détente physique sélective et une « tranquillité » mentale.

RESTEZ impatiente et changez de point de vue, tout ira plus vite !

 

Ce qui est certain, c’est qu’il est plus facile de travailler avec des musiciens sous pression
et de les dépressuriser que de trouver l’énergie à des musiciens en dépression.

 

Alors n’attendez pas la déprime, AGISSEZ !

JOUER avec ENDURANCE ! Apprendre est en soi une source de joie : www.marcpapillon.com Joie de découvrir. Joie de se découvrir. Il existe des solutions de prévention et d'optimisation et d'optimisation. Abonne-toi à la chaine YOUTUBE : https://www.youtube.com/user/AArtistesPerformancePartage à tes amis musiciens, chaque jour je te partage de nouvelles infos sur ton quotidien, ta pratique, ton organisation de travail, et le plaisir de jouer longtemps et sans douleur : www.marcpapillon.com