Comment gérer les tensions pendant le jeu ? Le tonus est la clef de la détente :
un tonus adéquat pour une détente sélective !

Comment gérer les tensions pendant le jeu ? Le tonus est la clef de la détente :
un tonus adéquat pour une détente sélective !

Pour comprendre le mécanisme des tensions chez le musicien, après avoir défini le terme de « tension »,
nous indiquerons, dans un premier temps, ses différentes manifestations chez l’instrumentiste
et nous chercherons à connaître leurs origines.

Dans un deuxième temps nous étudierons le lien entre les tensions et le trac. Enfin, nous proposerons des pistes pour réussir à les gérer pendant le jeu instrumental.

 

* * *

Selon Le Petit Robert 2006, la tension est liée à l’état des muscles contractés.

Ces tensions musculaires sont, rappelons-le, indispensables à tout homme pour se mouvoir,
luttant ainsi contre le phénomène de la gravité.

Les tensions dont nous parlons ici se rapportent davantage à des crispations,
des contractions musculaires excessives et déviantes qui perturbent le jeu de l’instrumentiste.

De nombreux instrumentistes se plaignent de souffrir de ces surplus de tensions.

Ils témoignent de sensations corporelles d’inconfort (tensions faciales, cervicales,
des membres supérieures, du dos, migraines), d’éventuelles douleurs corporelles
ou encore d’un rendu musical entravé.

D’où proviennent ces tensions ?  Ces tensions peuvent avoir différentes origines.

Un défaut de posture avec un tonus postural insuffisant (ou quelquefois excessif)
entraîne par compensation une sur sollicitation de certains muscles de mouvement d’où naît la tension.

D’autres facteurs annexes peuvent déclencher des tensions :

fatigue, blocage de la respiration, limites morphologiques, répertoire trop difficile…

Le trac enfin peut lui aussi générer des tensions.

 

* * *

Pendant le jeu, le trac apparaît sous certaines conditions :

La première condition réside dans le fait que jouer ait une importance à nos yeux,
la seconde dans la présence de personnes portant un intérêt à ce que l’on joue.

Le trac peut comporter des symptômes physiques et psychologiques :

Par exemple, à un niveau physique, on peut observer des crispations,
un refroidissement des extrémités (mains, pieds), une accélération du rythme cardiaque
et de la respiration, des tremblements. Au niveau de la pensée, le musicien rencontre des perturbations
dans sa concentration et dans sa mémorisation. Ces symptômes peuvent déstabiliser
et provoquer des tensions car ils altèrent les repères du musicien et influe par conséquent sur sa performance.
Cela peut par exemple le contraindre à lever les épaules inconsciemment.

* * *

Comment gérer ces tensions et s’en libérer pendant le jeu? Comme la musique est un art, l
’art est un moyen d’expression et l’expression se fait à travers le corps et à travers la pensée,
ces tensions inutiles peuvent se situer dans ces deux pôles en lien : il est donc nécessaire,
pour les éliminer, de travailler à un niveau physique et à un niveau mental.

Voici quelques pistes pour se débarrasser de ces tensions :

 

–       Chercher à diagnostiquer leurs origines (étiologies) : si elles sont le résultat d’un manque de travail,
d’une crispation causée par certains passages difficiles, une piste serait de travailler
en se focalisant sur ces parties, en y associant une respiration calme et la mentalisation
des mouvements corporels du jeu instrumental sans regarder la partition.

 

–       La tension peut provenir d’une fatigue, d’un stress ou d’un environnement inadapté :

Jouer dans un endroit calme, avec des conditions d’installation favorables
(espace, pupitre et tabouret à la bonne hauteur, clavier du piano propre etc),
alterner des phases de travail et des moments de détente, boire ou s’alimenter.

 

–       Se préparer tant physiquement que mentalement au jeu (devant un public ou non)
permet de prévenir les tensions : un échauffement, des exercices de respiration profonde,
de contraction/décontraction, d’étirements, de sensation de poids, le développement
de la conscience corporelle et la recherche de l’alignement et de la mobilisation
des deux axes principaux du corps : vertical (tête, bassin, pieds) et horizontal
(ceinture scapulaire – omoplates – clavicules) avec un tonus musculaire suffisant
dans les jambes, les abdominaux, la ceinture scapulaire, les membres supérieurs.

La préparation mentale s’effectue par des pensées positives, une projection de la situation de jeu,
en lien avec le plaisir qu l’on a à jouer et à communiquer avec le public.

 

–       Retrouver une mobilité corporelle pendant le jeu (par exemple dans le bassin et les jambes)
est primordiale pour éviter toute rigidité.

* * *

La tension excessive pendant le jeu est toujours
un empêchement pour un musicien.

Le développement de l’écoute et de la sensibilité corporelle ainsi
que la recherche de confort seront sans doute, les meilleurs outils pour déceler
et se libérer de toute tension inutile.

« Le tonus est la clef de la détente : un tonus adéquat (membre inférieur, sangle abdominale,
colonne vertébrale, ceinture scapulaire, poignets, pouce, langue et masque)
pour une détente sélective (régions lombaires et cervicales, respiration, mental, membre supérieurs, doigts et lèvres).

 

Article rédigé par Amélie Moncollin – flutiste et pédagogue et Elise Martin – hauboiste et pédagogue.

Synthèse du cours  “Geste et Posture : Préparation physique et mentale du musicien” de Marc Papillon

JOUER avec ENDURANCE ! Apprendre est en soi une source de joie : www.marcpapillon.com Joie de découvrir. Joie de se découvrir. Il existe des solutions de prévention et d'optimisation et d'optimisation. Abonne-toi à la chaine YOUTUBE : https://www.youtube.com/user/AArtistesPerformancePartage à tes amis musiciens, chaque jour je te partage de nouvelles infos sur ton quotidien, ta pratique, ton organisation de travail, et le plaisir de jouer longtemps et sans douleur : www.marcpapillon.com