La dystonie de fonction : Mouvements involontaires dans un passage particulier et le tout sans douleur !

La dystonie de fonction : Mouvements involontaires dans un passage particulier et le tout sans douleur !

Focal dystonia

Rééducation du contrôle moteur chez le musicien

La dystonie de fonction survient plutôt chez les musiciens confirmés.
Après des années de performance, ces musiciens présentent des troubles moteurs non douloureux,
entraînant la contraction involontaire de groupes musculaires déterminés.

Ces troubles surviennent à l’instrument dans des passages particuliers
et ne posent souvent que peu de gêne dans les autres activités de la vie quotidienne.
Dans le cas de dystonies de fonction importantes, les mêmes symptômes peuvent cependant
être décrits lors d’activités parallèles à la pratique instrumentale, comme l’écriture,
l’utilisation de la souris ou du clavier informatique, et d’autres activités manuelles fines et répétitives.

La dystonie de fonction est aujourd’hui mieux cernée tant au niveau des mains,
qu’au niveau de l’embouchure de l’instrumentiste à vent.

Les origines des troubles de la dystonie de fonction du musicien sont diverses :
changement d’instrument, de technique, changement de rythme de travail, stress, trac, contexte et environnement difficile…

Evolution de la dystonie de fonction

Le plus souvent, les spasmes musculaires deviennent plus fréquents et leur répétition entraîne
très rarement des phénomènes compensatoires douloureux.

Un doigt est concerné par le mouvement dystonique et les autres doigts se mettent insidieusement à compenser.
L’ensemble fonctionnel de la main ou du masque est alors touché.

Difficulté du diagnostic

Le diagnostic de ces troubles moteurs involontaires et non douloureux, perturbant le jeu instrumental,
n’est pas toujours facile… Les troubles invoqués sont divers, la dystonie de fonction se manifeste différemment
selon les instruments et les musiciens. Ces derniers peuvent avoir tendance à masquer les difficultés techniques,
et la symptomatologie peut rester discrète. De plus, des questions de vocabulaire peuvent rendre
la communication difficile entre artistes et médecins.

Troubles psychologiques éventuels

Ces troubles moteurs mal diagnostiqués les premières années sont fortement déstabilisants pour le musicien.
Tout s’effondre petit à petit autour de lui ; perte de qualité technique, niveau, légitimité, les rapports extérieurs
entre collègues deviennent délicats et tant que la dystonie n’est pas claire dans la tête du musicien,
elle l’est encore moins pour son entourage.

Il est alors “facile” pour l’environnement d’interpréter ces troubles comme d’éventuels troubles psychologiques.

De ce fait, le musicien commence à se poser beaucoup trop de questions qui n’ont pas forcement lieu d’être,
et une certaine confusion se met en place. Ses difficultés importantes à jouer, sans explication rationnelle
de la part de l’équipe musicale, l’installent dans un comportement qu’il est nécessaire ensuite de transformer.

Le musicien est rassuré lorsqu’il entend de la part de l’équipe de soins un discours clair et précis.

Les troubles psychologiques et comportementaux conséquents à ce dysfonctionnement
devront être pris en compte au moment de la rééducation.

Aggravation du geste

Dans le cas d’une dystonie de fonction, le musicien rencontre des difficultés importantes à jouer,
sans qu’aucune explication rationnelle ne puisse être formulée par l’équipe musicale
et même encore trop souvent par l’équipe médicale.

Le musicien cherche à contrer le geste nocif et à lutter contre sa dystonie, “en force”.

Il entretient alors un mauvais schéma et accentue ainsi les symptômes de la dystonie qui s’installe.

Symptômes

La dystonie de fonction n’est pas douloureuse.

Ce trouble se traduit par un mouvement involontaire d’un ou de plusieurs doigts,
lors d’un passage musical déterminé, mais, en dehors du jeu musical,
la main incriminée fonctionne habituellement normalement.

Ce sont le plus fréquemment les doigts cubitaux qui sont les plus touchés.

Le musicien peut ressentir de la raideur dans les doigts, de la fatigue,
de la gêne dans la main, entraînant des fausses notes ou empêchant la fluidité de ses mouvements.

Le rapport agoniste/antagoniste des muscles dilatateurs est perturbé.
Concernant le masque, il s’agit du rapport entre l’orbiculaire et les muscles dilatateurs.

L’équilibre fonctionnel de la langue est primordial.
Un gros travail est à faire entre le positionnement de la langue et de sa dynamique de jeu.

Au niveau de la main, la ceinture scapulaire est également une clé fondamentale
pour soutenir au mieux la main dans l’espace en évitant toute compensation.

Etiologie

Distinguons les muscles protagonistes, assurant les mouvements à la périphérie du membre,
et les muscles fixateurs, qui maintiennent la position du membre,
assurant au geste son efficacité sans entraver l’action des protagonistes.
Physiologiquement, ces deux groupes musculaires travaillent de façon synergique.
Cette coordination fait défaut dans la dystonie de fonction, où l’on trouve un trouble postural fondamental.
Bien que la cause neurobiologique exacte des dystonies de fonction n’ait toujours pas été élucidée,
il semble que l’association d’une pratique instrumentale intense à des troubles sensori-moteurs, posturaux,
comportementaux, psychiques et parfois à une prédisposition génétique
ou à des facteurs anatomiques défavorables puisse être à l’origine de cette affection singulière.

Blibliographie

Amadio (P.C.) Hand Injuries in sport§s and performing Arts. Hand Clinics.6,3,  W.B.Saunders company Philadelphia, 1990.

Amadio (P.C.), Russoti (G.M.) Evaluation and Treatment of Hand and Wrist Disorders in Musicians. Hand Clinics, 6,3, 405-416 1990.

Andrieu (G.) L’éducation physique au XXè siécle: une histoire de pratiques. Les cahiers d’ACTIO, Paris,1993.

Bejjani (F.S.) Analysis of Upper Extremity Performance in Athlets and Musicians. Hand Clinics, 6,3, 393-404,1990.

Berthe (A.) Le complexe de l’épaule. Ann Kiné, 5, 499-521, 1978.

Chamagne (P.) Approche Kinésithérapique des crampes fonctionnelles dites professionnelles. Sem Hop, 59,44, 3080-3086, Paris, 1983.

Chamagne (P.) Les crampes fonctionnelles ou dystonies de fonction chez les écrivains et les musiciens. Ann Chirg Main, 5, 2, 148-152, Paris, 1986.

Champetier (J.). Anatomie fonctionnelle de la ceinture scapulaire:

l’adaptation à la préhension chez l’homme. Ann Kiné, 6,9, 429-439, Paris, 1979

Delmas (A.). Attitude érigée et types rachidiens de statique corporelle. L’attitude, 17,46, Editions SDMS, Paris, 1953

Demeny (C.). Mécanisme et éducation des mouvements. Editions Revue EPS, Paris, 1924.

Dufour (M.) Biomécanique Fonctionnelle. Masson, 2007

Fishbein (M.) Middlestadt (S.E.), Ottati (V.). Strauss (S.), Ellis (A.). Medical  Problems among ICSOM Musicians: Overwiew of a National Survey. Probl Perform Art, 3, 1-8, 1988.

Fry (H.J.H.). Overuse Syndrom in Musicians: Prevention and Management.  2, 728-731. 1986.

Kapandji (I.A.) Physiologie articulaire. Schémas commentés de mécanique humaine. Fascicule1- Membre supérieur, Maloine, Paris, 1968 (3éme édition).

Leboullch (J.) Esquisse d’une méthode rationnelle et expérimentale d’éducation physique. Revue EPS, 58, novembre 1951.

Le boulch (J.) Vers une science du mouvement humain. ESF,Paris, 1971.

Masquelet (A.C.) Examen clinique du poignet. Ann Chir Main, 8, 2, 159-175, 1989.

Papillon (M.) The Pianist’s Hand. Edition Alexitère, 2001

Papillon (M) The Guitarist’s Hand Edition Alexitère, 2011

Papillon (M.) A propos des musiciens Editions Plaisir de Jouer, 2012

Papillon (M.) Préparation physique et mentale du musicien – 7 modules, aux Editions Plaisir de Jouer, 201

Tubiana (R.) – Papillon (M.) Ouvrage collectif, Prévention des pathologies des musiciens. Edition Alexitère, 2009

Tubiana (R.) Traité de chirurgie de la main. Masson, Vol 1 49-383 et 399- 514, Paris, 1980.

Tubiana (R.), Chamagne (P.) Functional Anatomy of the Hand. Med Problems Perform Art, 3,3, 83-87, 1988.

Tubiana (R.). Chamagne (P.) Les affections professionnelles du membre supérieur chez les musiciens. Bull Acad Natl Med, 177, 2, 203-216, 1993,         (séance du 9 février 1993).

Tubiana (R.),Chamagne (P.), Brockman (R.) Fundamental position for  instrumental musicians. Med Probl Perform Art, 4,2 73-76, 1989.

Vandervael (F.) Analyse des mouvements du corps humain. Neuro. Maloine, l, 9,2, 146-151, 1989 4éme édition (Desser, 1964).

Viel (E.). Biomécanique de l’épaule et incidences sur la rééducation. Ann Kiné, 6,9, 441-454, 1979.

JOUER avec ENDURANCE ! Apprendre est en soi une source de joie : www.marcpapillon.com Joie de découvrir. Joie de se découvrir. Il existe des solutions de prévention et d'optimisation et d'optimisation. Abonne-toi à la chaine YOUTUBE : https://www.youtube.com/user/AArtistesPerformancePartage à tes amis musiciens, chaque jour je te partage de nouvelles infos sur ton quotidien, ta pratique, ton organisation de travail, et le plaisir de jouer longtemps et sans douleur : www.marcpapillon.com